Tag Archives: cleantechs

Les sacs plastiques en Suisse: de la taxe à l’interdiction


24 Heures.ch. Image: Keystone

Les sacs plastiques jetables à usage unique et les sacs oxo(bio)dégradables devraient être interdits aux caisses des magasins en Suisse dans le cadre de la mise en application progressive de la Motion De Buman (2012). L’OFEV (Office Fédéral de l’Environnement) l’a confirmé le 31 janvier 2014 pour 2015 après de multiples soubresauts qui privilégiaient un temps la taxation plutôt que l’interdiction. Depuis, la date de début 2016 est avancée.

Que ferons-nous donc aux caisses des magasins? Aurons-nous des cabas ou des sacs plastiques recyclables et/ou biodégradables ou des sacs papier? Découvrez l’avis de Frédéric Mauch, CEO de BioApply impliqué dans la consultation pour la préparation de la révision de l’ordonnance technique sur les déchets qui entrera précisément en vigueur en 2016.

DES CHIFFRES PARLANT

Les 2 plus grands distributeurs Migros et Coop contribuent à la diffusion annuelle de 240 millions de sacs plastiques de très courte durée de vie et “poubellisés” avec les déchets ménagers quotidiens. Les sacs compostables proposés par BioApply n’en représentent que l’équivalent de 10%.

RAPPEL DE NOTIONS

Kimberley Irvin’s photo

Pour comprendre ce que représente le péril du 7ème continent et les différences entre matières plastiques, re-découvrez mes 2 articles sur ce sujet:

Le nombre de sacs plastiques distribués aux caisses a déjà diminué mais il reste encore des secteurs forts consommateurs. Je pense notamment aux sachets d’emballage des fruits et légumes que l’on utilise intensivement pour la pesée. En voici le résultat, une fois les aliments déballés.

AVIS D’UN EXPERT

Frédéric Mauch, fondateur et dirigeant de l’entreprise glandoise BioApply répond à nos questions:

1. Quelles sont les étapes concrètes qui ont été réellement mises en oeuvre pour interdire les sacs plastiques jetables et oxo(bio)dégradables en Suisse (cf Motion De Buman)?

“Dans la foulée de la Motion De Buman portant sur l’interdiction des sacs plastiques à usage unique et des sacs oxo, l’OFEV a tenu une première réunion avec les parties prenantes, dont BioApply, en Février 2014.
Il a été confirmé qu’une interdiction sur ces produits allait être réalisée, avec pour échéance 2016.
Une seconde réunion avec les parties prenantes était prévue en mai 2014, mais a été reportée par l’OFEV. En octobre 2014, la réunion se tiendra à Berne. En principe, l’OFEV reviendra avec des propositions très concrètes.
Ces démarches s’inscrivent dans le sens des nouvelles directives françaises, italiennes et européennes visant à interdire les sacs plastiques et Oxo et privilégiant les sacs compostables.”

2. En quoi ce changement de cadre légal contribue-t-il au développement des sacs biodégradables…et pour quels usages quotidiens?

“Ce changement du cadre légal va encourager un usage quotidien plus durable. Terminé le sac plastique sortie de caisse que l’on utilise 20 mins puis que l’on jette. Désormais, le citoyen a la possibilité d’accéder à un sac compostable très bon marché (5cts chez Migros Vaud) à la caisse pour ses courses légères puis de conserver plus au frais ses fruits et légumes (avantage fonctionnel des biopolymères) avant de pouvoir l’utiliser pour la collecte des déchets organiques. L’usage quotidien s’en voit facilité avec de réelles économies pour le citoyen. BioApply développe d’ailleurs une App qui va permettre au citoyen de quantifier et de mesurer les économies mensuelles en tri, l’impact financier ainsi que la réalisation d’humus.”

Les sacs en plastique compostables et biodégradables se présentent donc comme l’alternative la plus durable et accessible en prix pour le consommateur.

L’UBP, C’EST QUOI?

Papiertasche_plastiksackCet acronyme UBP signifie l’unité de charge écologique d’une matière, soit l’équivalent d’une seule valeur de référence de type éco-bilan pour comparer les matières.
On peut se demander pourquoi nous ne pourrions tout simplement pas revenir au sac en papier plutôt que d’adopter du plastique biodégradable? Ce débat a évolué avec le temps et le renchérissement du coût des énergies porte une part de responsabilité.
L’OFEV vient de publier le 27 août 2014 l’actualisation de la méthode UBP. Je ne dispose pas des données UBP comparatives précises mais on peut lire dans l’article de l’OFEV:

“Le plastique, malgré sa mauvaise réputation, n’est-il pas forcément plus polluant que le papier, le carton ou le verre. C’est ce que montraient les premiers écobilans établis par la Confédération, il y a trente ans, dans le but de comparer la charge écologique effective de différents types d’emballage. Bien qu’issu du pétrole, le plastique, correctement utilisé, peut se révéler plus opportun que certains matériaux provenant de ressources renouvelables. En effet, ces derniers requièrent aussi de l’énergie fossile pour leur fabrication.”

Cette constatation est d’autant plus vraie si le plastique en question provient de matières végétales naturelles!

Emission de TV5 Monde sur le 7ème continent

Sources:

La Liberté, 27 janvier 2014: L’interdiction remise en cause.

BioApply, février 2104: L’OFEV confirme l’interdiction des sacs plastiques en Suisse.

24 heures, 25 mars 2014: Les défenseurs des sacs en plastiques montent au front.

CleantechAlps: BioApply veut supplanter le sac en plastique.

OFEV, 27 août 2014: Actualisation de la méthode UBP: Des évaluations de plus en plus pointues.

Blog In-fuseon: Matériaux innovants à la base des cleantechs.

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, la communication au sens propre et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.

Programmes pour entreprises romandes innovantes. Les Cleantechs à l’honneur.


Capture d’écran 2014-05-11 à 17.54.00Le concours Win&Boost Cleantech Genève, vous connaissez? Pour marquer le centième article de mon blog, j’ai choisi de partager quelques liens utiles pour startups et entrepreneurs innovants notamment dans les Cleantechs, mon domaine d’expertise en communication qui a motivé la fondation d’In-fuseon Communication en 2010.
Je profite aussi de cet article pour lancer un coup de chapeau à un entrepreneur innovant que j’ai rencontré début 2011 et dont j’apprécie la ténacité créative et la ligne de conduite environnementale. Je cite Guy Wolfensberger, patron de Grove Boats, entreprise de bateaux électro-solaires qui n’ont pas fini de faire parler d’eux.

CONCOURS WIN&BOOST CLEANTECH GENEVE

Genève ambitionne de devenir une plaque tournante de l’innovation dans les Cleantechs. Un premier pas s’est concrétisé en septembre 2012 par la création d’un pôle Cleantechs combinant les compétences de l’OPI, la FAE et La FONGIT en un même lien La Blue Box à Plan-Les-Ouates.

Voici donc une première opération d’envergure dotée de CHF 100’000 et émanant du pôle Cleantech. Ouverte à tout entrepreneur genevois qui a un projet cleantech en lien avec les technologies propres et/ou les énergies renouvelables, cette action de soutien à l’innovation s’articule autour de dotations financières et d’accompagnement d’experts. Date limite de participation: 13 juin 2014! Lien vers les inscriptions.

Périmètre du concours:

“Contribuer à réduire l’utilisation des énergies fossiles ou à valoriser les déchets, augmenter l’efficience énergétique, développer les énergies renouvelables ou la mobilité durable.”

 COUP DE CHAPEAU A GROVE BOATS

Grove Boats conçoit des bateaux utilitaires propulsés par leur propre énergie solaire et servant de taxi-bus pour le tourisme ou utilisés pour nettoyer les plages et les ports. Le Sea cleaner qui fait la chasse aux déchets flottants vient d’ailleurs de gagner l’Energy Globe Award 2014.

Grove Boats a contribué à développer le tourisme vert à Iracoubo en Guyane. Silence et zéro pollution grâce au soleil et à l’ingéniosité de la société d’Yvonand (Vaud).

Désormais Grove Boats s’emploie à convaincre les propriétaires de bateaux et voiliers de plaisance sillonnant le lac Léman de se convertir au moteur  électrique et solaire. Ouverture du shop en ligne sur bateau-electrique.ch.

AUTRES PROGRAMMES POUR ENTREPRENEURS ROMANDS INNOVANTS

Cleantechs: suivre Cleantech Alps, le portail d’information sur les Cleantechs en Suisse Occidentale.

Innovaud: programmes pour entrepreneurs sur le canton de Vaud.

CTI entrepreneuship, programme de formation pour créateurs d’entreprises en Suisse.

Prix IDDEA: concours d’idées pour entrepreneurs en développement durable. J’ai moi-même bénéficié de ce programme sur la saison 2013. Voir l’article en lien.

Programme Impact d’Ashoka pour entrepreneurs sociaux. J’avais déjà relayé le concours les années précédentes dans l’article en lien.

Prix et bourse du développement durable du canton de Genève. Voir l’article en lien pour revivre la cérémonie 2012.

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, la communication au sens propre et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux qui forme des Community managers en Suisse romande.

 

 

 

 

 

 

L’eau de Genève ouvre les vannes: saison 2


Capture d’écran 2014-05-04 à 23.32.06Un an plus tard…et l’Eau de Genève ouvre les vannes de nouveau. L’an dernier j’avais relayé l’action de communication 2013 de SIG lors du lancement de 3 vidéos ludiques très réussies. Les 100’000 vues sur YouTube qu’ont engagées ces vidéos depuis ont convaincu de poursuivre avec une nouvelle saison et les mêmes humoristes. Découvrez plutôt!

UNE SAISON 2 ENCORE PLUS COCASSE

La vidéo et l’image se confirment les reines du web. Il faut dire que le produit Eau est un aliment de choix pour jeux de mots et cocasseries en tous genres.

Les 3 vidéos sont excellentes. Celle que je préfère cette année? “La potion magique” par Marie-Thèrèse Prochet.

DES ACTIONS DE COMMUNICATION BIEN ORCHESTRÉES

@infuseon.comIl n’est pas toujours simple d’orchestrer plusieurs actions de communication pour qu’elles créent un effet de levier cohérent et amplificateur entre elles. Chapeau bas pour ce temps fort de communication qui incluait 3 événements liés autour du thème de l’eau:

  • Le partenariat officiel de SIG avec le Marathon de Genève, grand consommateur d’eau,
  • Les journées de l’eau rythmées par des animations grand public et organisées par SIG depuis des années,
  • Et la sortie de la saison 2 des vidéos.

UN PETIT REGRET

Dommage que la page Facebook de l’Eau de Genève n’ait pas joué le jeu du partage des photos avec l’animation Phot’Eau. Parmi ses 4’711 fans, certains n’ont peut-être pas pu participer aux Journées de l’Eau les 2,3 et 4 mai…et ça aurait encouragé l’interactivité avec le public en off et on-line.

Source:

SIG: L’Eau de Genève ouvre les vannes.

Blog in-fuseon 2013: L’Eau de Genève ouvre ses vannes: concours et vidéos ludiques.

Eco-astuce N°7: adoptez train et App. mobile


IMG_4023Je me déplace de plus en plus en train. Mon abonnement demi-tarif suisse CFF  est bien adapté à mes besoins de déplacements surtout en semaine. En l’espace de 3 ans d’une utilisation fréquente des bus/trams et trains, j’ai diminué de 30% les kilomètres parcourus et les émissions de CO2 de mon véhicule (5CV ; 115 g CO2/km). Or les trains de plus en plus bondés et les queues aux distributeurs de billets prouvent leur popularité croissante. Pour me simplifier la vie, j’achète mes billets via l’application mobile CFF.

L’IMPACT DE NOS DÉPLACEMENTS EN VOITURE

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) tire une fois de plus la sonnette d’alarme et dresse un bilan alarmant sur les changements climatiques et l’impact des gaz à effet de serre: +5°C en moyenne d’ici à 2100!

“En 2012, les catastrophes naturelles ont forcé 32,4 millions de personnes à abandonner leurs maisons. 98% de ces déplacements ont été causés par des événements climatiques et météorologiques comme les inondations, les tempêtes et les incendies”, article SwissInfo du 31 mars 2014.

L’objectif n’est pas de pointer du doigt les déplacements particuliers en voiture mais plutôt de sensibiliser à l’impact positif qu’un mouvement collectif pour réduire les déplacements pourrait créer pour tenter de limiter les dégâts.

Voici quelques chiffres pour remettre l’église au milieu du village.
En Suisse, nous autres ménages consommons 30% de l’énergie  (électricité, carburants, gaz, combustibles pétroliers). Et nos déplacements particuliers en voitures, motos et scooters absorbent 35% de nos besoins en énergie de carburants forts émetteurs de gaz à effets de serre. Même si la mobilité douce est vivement encouragée et se développe, nous sommes encore loin de nous déplacer exclusivement à pied ou à vélo au quotidien. Les transports publics sont donc une excellente alternative pour réduire les impacts sur l’environnement et de libérer du stress du trafic routier.

 CE QUI M’A INCITÉ A ADOPTER L’APP.MOBILE CFF

photoL’expérience utilisateur des distributeurs de billets n’est pas toujours concluante surtout lorsque le temps est serré pour attraper un train et sa correspondance en bus ou tram.

Il m’est arrivé maintes fois les petites aventures suivantes:

  • plus de 1 minute 20s. pour obtenir mon billet,
  • ne trouver qu’un distributeur sur 3 qui fonctionnait,
  • trouver plus de 3 personnes en attente derrière chaque distributeur,
  • arriver à l’étape du paiement du billet et découvrir que le distributeur n’accepte pas de carte de paiement ce jour là,
  • et même de voir partir le train pendant que je “galère” pour obtenir le billet.

Et ceci je l’ai vécu pour le train mais aussi pour prendre des billets de bus ou de tram. Je me suis donc convertie à l’ère digito-mobile pour me faciliter la vie pour acheter mes billets de transports publics. Je contribue ainsi au mouvement que CFF et consorts encouragent: réduire ces distributeurs automatiques qui doivent leur coûter une petite fortune à maintenir et à réparer et qui ne satisfont pas les clients.

L’APPLICATION MOBILE CFF

Capture d’écran 2014-04-13 à 23.26.06

Inscrivez-vous d’abord au Ticket-shop. Vous ouvrez un compte sécurisé et y inscrivez  la ou les cartes de paiement que vous décidez d’utiliser pour régler vos billets. Vous pourrez bien entendu aussi acheter vos billets en ligne à partir de votre ordinateur et les imprimer.

Télécharger l’app.mobile CFF sur votre smart phone vous évite d’imprimer le billet et vous permet de l’acheter en quelques secondes avant de prendre le train. Vous vérifiez les horaires directement dans l’application avant de confirmer l’achat. Le billet s’affiche via son QRCode. Ce que je trouve particulièrement efficace: le dernier billet s’affiche automatiquement. Pratique lorsque le contrôleur vous le demande!

IMG_4042

IMG_4044

Il reste 2 améliorations à apporter à mon sens:

  • Que faire lorsqu’en fin de journée son smart phone n’a plus de “carburant” et ne peut pas afficher le billet? Ajouter plus de prises dans les trains pour recharger les smart phones serait astucieux!
  • Lorsqu’une facture de frais doit être imprimée pour la comptabilité, elle prend une page A4 par billet à partir du lien envoyé par email.

Et vous, quelle est votre expérience utilisateur des transports publics?

Sources:

DÉCLICS: Quelles sont les sources principales de consommation d’un ménage suisse?

Explorateurs de l’Énergie: Comment utilise-t-on l’énergie?

SwissInfo, 31 mars 2014: Les migrations climatiques concernent aussi les pays riches.

 

 

Eco-astuce N°4: choisir la provenance et la nature de son électricité


Blogueurs@infuseon

C’est l’opération blogueurs chez Romande Energie à laquelle j’ai contribué le 3 février qui m’a inspiré cet article. Intervenant sur des programmes de sensibilisation aux énergies renouvelables et aux économies d’énergie depuis 10 ans, cette rencontre fut une excellente opportunité de faire un point personnel sur mes propres choix d’électricité. C’est cette réflexion que j’ai eu envie de partager. J’ai choisi Terre Romande.

CONTINUER A PASSER LES MESSAGES

Je tiens à saluer mes collègues blogueurs qui ont joué le jeu des questions/réponses à Philippe Durr, directeur de Romande Energie Commerce: Michelle Carrupt, Thierry Weber, Dave Bolomey et Pierre-Alain Pulfer. Via nos blogs respectifs, nous contribuons ainsi à transmettre les messages de Romande Energie, premier fournisseur d’électricité en Suisse romande en adoptant des angles et points de vue différents indépendamment de toute influence politique ou médiatique.
En effet ce n’est pas un luxe de continuer d’informer sur le marché de l’électricité dont le paysage a bien changé en 10 ans:

  • l’ère de l’électricité bon marché est terminée
  • les consciences environnementales poussent au développement des énergies renouvelables
  • les économies d’énergies sont présentes dans toutes les industries et entrent chez les particuliers
  • la Suisse a décidé de sortir du nucléaire qui représente actuellement 40% de son électricité. J’ai d’ailleurs relayé à l’époque cette décision historique du 25 mai 2011 par cet article.

UNE GRANDE BASSINE D’ÉLECTRONS

L’électron est porteur de la charge électrique à l’origine de notre bien-être depuis l’ampoule électrique à incandescence de Thomas Edison en 1879, également année de la première centrale hydroélectrique à Saint-Moritz.
Le marché de l’électricité serait comme une grande bassine dans laquelle se déverse tous les électrons au moment où ils sont produits et qui elle même les déverse là où ils sont demandés. Or le stockage de masse de l’électricité n’étant pas encore au point, les électrons ne peuvent pas rester très longtemps dans la bassine. Thomas Filipetto en charge du Centre de conduite du réseau de distribution de Romande Energie nous explique la nécessité de délester le réseau en cas de surplus d’énergie à un moment donné. Consommer l’électricité localement contribue donc à réduire les pertes. Digne d’un geek de l’Internet, cet ingénieur passionné lève le voile sur un système spécifique et très sécurisé équivalent à un Google Maps de l’électricité pour réguler le gigantesque réseau de distribution alimentant les 300’000 clients finaux répartis sur près de 300 communes dans les cantons de Vaud, du Valais, de Fribourg et de Genève!

Droits d’image @boloms

Or, tout client qui choisit la provenance et la nature de son électricité (par ex. énergies renouvelables) oblige son fournisseur d’électricité de garantir qu’une quantité d’énergie égale à celle qu’il consomme a bien été produite et injectée dans le réseau de distribution. Tout client qui veut faire un acte citoyen peut donc faire changer progressivement le mix énergétique des fournisseurs d’électricité.

J’AI CHOISI TERRE ROMANDE

Habitant depuis peu dans le canton de Vaud sur la zone de desserte de Romande Energie, je me suis questionnée sur le choix d’électricité qui me correspond. Depuis janvier 2014 l’électricité AOC est disponible par les contrats Energies libres. Je salue la transparence et la facilité de compréhension des 3 possibilités offertes par Romande Energie à ses clients.

J’ai simulé ma facture 2014 avec les 3 possibilités que m’offre Romande Energie avec le simulateur de facture public en ligne en tenant compte d’une moyenne de consommation de 3’500 kWh par an. Je n’ai malheureusement qu’un simple tarif et ne bénéficie pas d’un double compteur pour décaler mes grosses consommations sur le tarif d’heures creuses dans l’appartement que je loue. Voyez ci-dessous ce que ça donne! Pas de quoi se plaindre!

J’ai un contrat Terre Suisse depuis début janvier 2014 comme tous les clients de Romande Energie. Il me parait évident que ce produit de provenance 100% suisse reflète le mix électrique suisse actuel incluant près de 60% d’hydroélectricité. Ce produit est cohérent avec la stratégie énergétique suisse 2050 et ce mix évoluera au fur et à mesure du remplacement de l’énergie nucléaire par des énergies de substitution telles que les renouvelables.

 

J’ai déjà fait le changement de contrat via mon Espace client en ligne en optant pour Terre Romande car en plus de la provenance 100% suisse romande, cette électricité est 100% renouvelable. C’est une façon à mon petit niveau individuel de soutenir les énergies renouvelables de proximité.

Dans les 2 cas, je bénéficie du suivi automatisé de ma consommation d’électricité annuelle dans mon Espace client en ligne et je peux y ajouter des relevés manuels réguliers. Et en plus la plateforme DÉCLICS offre à tous (clients ou pas) de multiples conseils et outils pour maîtriser sa consommation et donc sa facture. 

Voici ce que donne la simulation de ma facture:
CHF 7.56 de moins sur une année entre Tarif Standard et Terre Suisse! Même pas de quoi s’acheter une galette des Rois en début d’année!

CHF 56.70 de plus par an pour bénéficier de Terre Romande par rapport à Terre Suisse, soit l’équivalent d’un repas à trois dans une pizzeria. Je ferai la pizza moi- même un soir au lieu de sortir au restaurant. Pas de souci!

D’avoir choisi Terre Romande signifie pour moi de payer un peu plus l’électricité maintenant et compenser ce surcoût par des réductions de consommations (en tous cas les tenter) pour contribuer au développement d’énergies plus propres et plus proches.

Bien entendu, il est toujours possible de choisir le Tarif Standard le moins élevé contenant une électricité appelée grise car d’origine non déterminée. Dans ce cas, aucune aide n’est offerte pour réduire ses consommations.

A vous, à nous de choisir! Nos choix de maintenant détermine notre avenir.

Pour aller plus loin, découvrez ces articles:

Blog de Michelle Carrupt: Savez-vous d’où vient votre électricité?

Blog de Dave Bolomey: L’électricité AOC est disponible en Suisse.

Blog de Thierry Weber: Romande Energie et sa communication en ligne.

Blog de Pierre-Alain Pulfer: Le passage d’un tarif à un produit.

Wikipedia: Histoire de l’électricité.

Blog d’in-fuseon: 100% d’énergies renouvelables en 2050, rêve ou réalité?

Eco-astuce N°2: chauffage à 20°C, c’est juré!


IMG_3546J’ai déménagé dans un appartement en location situé dans un immeuble construit en 2004/2005. Pour un bâtiment “contemporain” relativement récent, je m’attendais à ce que le chauffage puisse être régulé en tenant compte de la température extérieure ainsi que celle des pièces intérieures. Que nenni!
Après maints ajustements qui ont engendré une variation de température de 18°C à 24°C,  j’ai réussi à plus ou moins stabiliser la température intérieure à 20°C grâce à une astuce. Découvrez-là. A défaut de grosses économies financières sur vos charges locatives, elle vous apportera au moins un confort de vie. On a eu si chaud que ça en était devenu intenable et mauvais pour notre santé.
Vous êtes peut-être passé par les mêmes étapes! Merci de réagir à cet article et de partager votre expérience.

LE CONTEXTE

La chaudière collective fonctionne au mazout. En Suisse, un immeuble sur deux est ainsi chauffé actuellement! Dans notre immeuble, chaque appartement est chauffé par le sol via un système hydraulique qui amène un débit d’eau chaude dans chaque pièce. On régule donc un débit d’eau par pièce et non pas une température. J’ose croire que la chaudière utilise une sonde externe pour vérifier la température de l’air extérieur et ajuster la densité thermique des m3 d’eau qui sont injectés dans les étages de l’immeuble!

IMG_3547Le système de régulation des débits d’eau chaude est bien caché derrière une planche vissée à l’arrière du placard à manteaux et chaussures à l’entrée de l’appartement. Vous commencez à saisir la galère?

Chaque pièce ou partie de pièce reçoit un débit d’eau régulé par une vanne dédiée. J’ai affronté le défi du curseur gradué qui monte et qui descend à l’intérieur de chaque vanne (il y a un vague indicateur de température correspondant à des litres/minute)!

IMG_3549

MODE D’EMPLOI

A notre arrivée dans l’appartement, la température intérieure de 18°C était à son plancher d’économies puisque toutes les vannes du système de chauffage étaient bien fermées. Il faut avouer qu’il faisait un peu cru.

J’ai commencé à actionner les vannes en respectant les graduations. Je me suis vite rendue compte qu’elles n’étaient pas fiables et qu’en lieu et place des 19°C, le Sahara nous pourchassait avec 24°C bien tassés! Après 2 tentatives disciplinées dans ce sens, j’ai changé de tactique et voici l’astuce. Il faut un brin de détermination tout de même.

L’astuce:

  • un partout, balle au centre: j’ai commencé par fermer toutes les vannes (curseur en haut au maximum).
  • le tâtonnement: j’ai ouvert d’un quart de tour 5 vannes qui correspondaient à 4 pièces qui nécessitaient un peu plus de chaleur
  • la patience: j’ai laissé agir 24 heures
  • la détermination: j’ai encore réajusté 2 vannes en les fermant presque mais pas tout à fait=> la finesse du doigté pour ouvrir un huitième de vanne!

Ne pestez pas contre le placard à ouvrir et à dégager 4 ou 5 fois pour avoir accès au système thermique. Aujourd’hui même si la température n’est toujours pas parfaite, nous avons gagné en confort et en économies d’énergies (en tous cas dans nos consciences).

En conclusion: tout ça pour quoi?
A défaut de pouvoir faire évoluer techniquement ce système de régulation peu fiable, que l’on soit propriétaire ou locataire, soyons co-responsables et solidaires pour réduire nos consommations d’énergies et par conséquent nos émissions de CO2. #efficience #énergie.

Source:

Administration fédérale: statistique suisse bâtiments et chauffage.

Eco-astuce N°1: se réveiller en mode nature!


Pour Noël, j’ai changé de réveil-matin. Mes critères de recherche pour cet adorable compagnon quotidien plutôt intrusif bien qu’indispensable étaient plutôt stricts: design, silencieux (pas de tic tac), économe en électricité et surtout non émetteur d’ondes électromagnétiques. Le saviez-vous? Les ondes électromagnétiques nous entourent jour…et nuit même via ces chers “objets de bienvenue dans une nouvelle journée” (surtout ceux qui sont branchés sur le secteur et qui incluent une synchronisation de l’heure via satellite).

Et je l’ai trouvé ce miraculeux réveil…après maintes recherches!

Un réveil à eau sans pile ni batterie!

@in-fuseon.com

@in-fuseon.com

Un pur H2O qui crée sa propre électrolyse à petite échelle en faisant circuler ses électrons d’un bac à l’autre. Le seul mode d’emploi: changer l’eau tous les 15 jours et détartrer le récipient au vinaigre de vin blanc de temps en temps pour raviver les contacts et garantir un bon affichage.

Pour couronner la petite merveille, voici un réveil complet qui:

  • affiche l’heure en numérique
  • donne la température de la pièce
  • indique le jour de la semaine
  • …et sonne.
  • pour un prix compétitif par rapport à tous les autres réveils mécaniques ou numériques avec piles ou secteur.

H2O sonne faiblement, il ne faut pas avoir le sommeil trop lourd! L’avantage est un réveil en douceur!

Sur le site achatnature.com.

Pour aller plus loin et comprendre les ondes électromagnétiques, voici le lien vers le dernier rapport de l’ANSES, agence nationale française de sécurité sanitaire.

Et pour bien commencer l’année avec ce premier article, MEILLEURS VOEUX 2014 à tous nos lecteurs et lectrices.

@in-fuseon.com

@in-fuseon.com