Tag Archives: innovation

Eco-astuce N°4: choisir la provenance et la nature de son électricité


Blogueurs@infuseon

C’est l’opération blogueurs chez Romande Energie à laquelle j’ai contribué le 3 février qui m’a inspiré cet article. Intervenant sur des programmes de sensibilisation aux énergies renouvelables et aux économies d’énergie depuis 10 ans, cette rencontre fut une excellente opportunité de faire un point personnel sur mes propres choix d’électricité. C’est cette réflexion que j’ai eu envie de partager. J’ai choisi Terre Romande.

CONTINUER A PASSER LES MESSAGES

Je tiens à saluer mes collègues blogueurs qui ont joué le jeu des questions/réponses à Philippe Durr, directeur de Romande Energie Commerce: Michelle Carrupt, Thierry Weber, Dave Bolomey et Pierre-Alain Pulfer. Via nos blogs respectifs, nous contribuons ainsi à transmettre les messages de Romande Energie, premier fournisseur d’électricité en Suisse romande en adoptant des angles et points de vue différents indépendamment de toute influence politique ou médiatique.
En effet ce n’est pas un luxe de continuer d’informer sur le marché de l’électricité dont le paysage a bien changé en 10 ans:

  • l’ère de l’électricité bon marché est terminée
  • les consciences environnementales poussent au développement des énergies renouvelables
  • les économies d’énergies sont présentes dans toutes les industries et entrent chez les particuliers
  • la Suisse a décidé de sortir du nucléaire qui représente actuellement 40% de son électricité. J’ai d’ailleurs relayé à l’époque cette décision historique du 25 mai 2011 par cet article.

UNE GRANDE BASSINE D’ÉLECTRONS

L’électron est porteur de la charge électrique à l’origine de notre bien-être depuis l’ampoule électrique à incandescence de Thomas Edison en 1879, également année de la première centrale hydroélectrique à Saint-Moritz.
Le marché de l’électricité serait comme une grande bassine dans laquelle se déverse tous les électrons au moment où ils sont produits et qui elle même les déverse là où ils sont demandés. Or le stockage de masse de l’électricité n’étant pas encore au point, les électrons ne peuvent pas rester très longtemps dans la bassine. Thomas Filipetto en charge du Centre de conduite du réseau de distribution de Romande Energie nous explique la nécessité de délester le réseau en cas de surplus d’énergie à un moment donné. Consommer l’électricité localement contribue donc à réduire les pertes. Digne d’un geek de l’Internet, cet ingénieur passionné lève le voile sur un système spécifique et très sécurisé équivalent à un Google Maps de l’électricité pour réguler le gigantesque réseau de distribution alimentant les 300’000 clients finaux répartis sur près de 300 communes dans les cantons de Vaud, du Valais, de Fribourg et de Genève!

Droits d’image @boloms

Or, tout client qui choisit la provenance et la nature de son électricité (par ex. énergies renouvelables) oblige son fournisseur d’électricité de garantir qu’une quantité d’énergie égale à celle qu’il consomme a bien été produite et injectée dans le réseau de distribution. Tout client qui veut faire un acte citoyen peut donc faire changer progressivement le mix énergétique des fournisseurs d’électricité.

J’AI CHOISI TERRE ROMANDE

Habitant depuis peu dans le canton de Vaud sur la zone de desserte de Romande Energie, je me suis questionnée sur le choix d’électricité qui me correspond. Depuis janvier 2014 l’électricité AOC est disponible par les contrats Energies libres. Je salue la transparence et la facilité de compréhension des 3 possibilités offertes par Romande Energie à ses clients.

J’ai simulé ma facture 2014 avec les 3 possibilités que m’offre Romande Energie avec le simulateur de facture public en ligne en tenant compte d’une moyenne de consommation de 3’500 kWh par an. Je n’ai malheureusement qu’un simple tarif et ne bénéficie pas d’un double compteur pour décaler mes grosses consommations sur le tarif d’heures creuses dans l’appartement que je loue. Voyez ci-dessous ce que ça donne! Pas de quoi se plaindre!

J’ai un contrat Terre Suisse depuis début janvier 2014 comme tous les clients de Romande Energie. Il me parait évident que ce produit de provenance 100% suisse reflète le mix électrique suisse actuel incluant près de 60% d’hydroélectricité. Ce produit est cohérent avec la stratégie énergétique suisse 2050 et ce mix évoluera au fur et à mesure du remplacement de l’énergie nucléaire par des énergies de substitution telles que les renouvelables.

 

J’ai déjà fait le changement de contrat via mon Espace client en ligne en optant pour Terre Romande car en plus de la provenance 100% suisse romande, cette électricité est 100% renouvelable. C’est une façon à mon petit niveau individuel de soutenir les énergies renouvelables de proximité.

Dans les 2 cas, je bénéficie du suivi automatisé de ma consommation d’électricité annuelle dans mon Espace client en ligne et je peux y ajouter des relevés manuels réguliers. Et en plus la plateforme DÉCLICS offre à tous (clients ou pas) de multiples conseils et outils pour maîtriser sa consommation et donc sa facture. 

Voici ce que donne la simulation de ma facture:
CHF 7.56 de moins sur une année entre Tarif Standard et Terre Suisse! Même pas de quoi s’acheter une galette des Rois en début d’année!

CHF 56.70 de plus par an pour bénéficier de Terre Romande par rapport à Terre Suisse, soit l’équivalent d’un repas à trois dans une pizzeria. Je ferai la pizza moi- même un soir au lieu de sortir au restaurant. Pas de souci!

D’avoir choisi Terre Romande signifie pour moi de payer un peu plus l’électricité maintenant et compenser ce surcoût par des réductions de consommations (en tous cas les tenter) pour contribuer au développement d’énergies plus propres et plus proches.

Bien entendu, il est toujours possible de choisir le Tarif Standard le moins élevé contenant une électricité appelée grise car d’origine non déterminée. Dans ce cas, aucune aide n’est offerte pour réduire ses consommations.

A vous, à nous de choisir! Nos choix de maintenant détermine notre avenir.

Pour aller plus loin, découvrez ces articles:

Blog de Michelle Carrupt: Savez-vous d’où vient votre électricité?

Blog de Dave Bolomey: L’électricité AOC est disponible en Suisse.

Blog de Thierry Weber: Romande Energie et sa communication en ligne.

Blog de Pierre-Alain Pulfer: Le passage d’un tarif à un produit.

Wikipedia: Histoire de l’électricité.

Blog d’in-fuseon: 100% d’énergies renouvelables en 2050, rêve ou réalité?

Eco-astuce N°1: se réveiller en mode nature!


Pour Noël, j’ai changé de réveil-matin. Mes critères de recherche pour cet adorable compagnon quotidien plutôt intrusif bien qu’indispensable étaient plutôt stricts: design, silencieux (pas de tic tac), économe en électricité et surtout non émetteur d’ondes électromagnétiques. Le saviez-vous? Les ondes électromagnétiques nous entourent jour…et nuit même via ces chers “objets de bienvenue dans une nouvelle journée” (surtout ceux qui sont branchés sur le secteur et qui incluent une synchronisation de l’heure via satellite).

Et je l’ai trouvé ce miraculeux réveil…après maintes recherches!

Un réveil à eau sans pile ni batterie!

@in-fuseon.com

@in-fuseon.com

Un pur H2O qui crée sa propre électrolyse à petite échelle en faisant circuler ses électrons d’un bac à l’autre. Le seul mode d’emploi: changer l’eau tous les 15 jours et détartrer le récipient au vinaigre de vin blanc de temps en temps pour raviver les contacts et garantir un bon affichage.

Pour couronner la petite merveille, voici un réveil complet qui:

  • affiche l’heure en numérique
  • donne la température de la pièce
  • indique le jour de la semaine
  • …et sonne.
  • pour un prix compétitif par rapport à tous les autres réveils mécaniques ou numériques avec piles ou secteur.

H2O sonne faiblement, il ne faut pas avoir le sommeil trop lourd! L’avantage est un réveil en douceur!

Sur le site achatnature.com.

Pour aller plus loin et comprendre les ondes électromagnétiques, voici le lien vers le dernier rapport de l’ANSES, agence nationale française de sécurité sanitaire.

Et pour bien commencer l’année avec ce premier article, MEILLEURS VOEUX 2014 à tous nos lecteurs et lectrices.

@in-fuseon.com

@in-fuseon.com

PlanetSolar en mission pour le climat !


Martin Beniston au centre. Crédit photo ©in-fuseon.

Martin Beniston au centre. Crédit photo ©in-fuseon.

Le plus grand catamaran solaire vient de repartir de Boston le 4 juillet pour remonter le Gulf Stream en sillonnant les fascinants vortex océaniques situés entre Boston et St-John’s (Canada). Lorsque j’ai eu le grand plaisir de rencontrer à Boston le professeur Martin Beniston, leader de la mission scientifique de l’expédition PlanetSolar DeepWater, il était déjà question de modifier la route du bateau. C’est désormais officiel: PlanetSolar ne remontera pas jusqu’en Islande puis en Norvège comme initialement prévu mais amorcera son retour au bercail européen après sa dernière escale sur le territoire canadien. Merci à Martin Beniston de s’être prêté au jeu de quelques questions/réponses !

ADAPTER SA ROUTE EN FONCTION DES ALÉAS

N’est-ce pas la meilleure des leçons de sagesse que nous donne la décision concertée entre le comité scientifique dirigé par Martin Beniston et le capitaine du Tûranor PlanetSolar, Gérard d’Aboville ? Adapter la route du bateau en tenant compte que :

  • L’expédition a pris 3 semaines de retard à cause d’une météo peu clémente
  • Et par conséquent, les conditions d’ensoleillement et l’inclinaison des rayons du soleil à hauteur de l’Islande risquent de ne pas être optimales pour alimenter le bateau avec suffisamment d’énergie solaire.

Tout comme la vie sur le bateau inspire à revenir aux choses essentielles et de supprimer l’inutile, cette décision est emprunte de symbolisme et d’exemplarité en optimisant les ressources à disposition (l’énergie) tout en répondant aux objectifs techniques de la mission scientifique des climatologues de l’expédition.

 

QUESTIONS A MARTIN BENISTON

Martin Beniston a cette belle capacité de vulgarisation du domaine complexe de la recherche scientifique sur le climat pour la rendre abordable simplement.

Source : newsletter de PlanetSolar DeepWater- Crédit photo © Susan Young.

Source : newsletter de PlanetSolar DeepWater- Crédit photo © Susan Young.

Que cherchez-vous à découvrir pendant cette expédition ?
Nous cherchons de nouvelles données pour comprendre les mécanismes qui relient les conditions physiques de l’eau et de l’air  et les conditions biologiques (micro-organismes) comme influenceurs potentiels du climat. Nous soupçonnons 3 éléments d’influence du climat :

  • Les phytoplanctons
  • Les vortex océaniques
  • Les aérosols atmosphériques.

Grâce aux mesures et prélèvements effectués sur le bateau, nous cherchons à mieux comprendre la finesse des équilibres et déséquilibres entre l’atmosphère et l’eau.
On parle certes d’émissions de gaz à effet de serre qui réchauffent notre planète et contribuent à faire fondre les glaces polaires, mais le climat est un personnage bien plus complexe encore!

Quel type de mesures effectuez-vous à bord ?
Nous effectuons des milliers de mesures. Certaines sont faites en continu à la surface de l’eau (relevés des températures, densité du phytoplancton), d’autres nécessitent des sondages en profondeur (300 mètres) pour relever la salinité, la densité des nutriments, la capacité de brassage de l’eau, etc.).

Il y a plus de biomasses dans les océans que sur terre. Grâce au phytoplancton, plancton végétal qui domine les éco-systèmes océaniques, les océans absorbent la moitié du CO2 de l’atmosphère. Or par une absorption excessive de CO2, le phytoplancton acidifie l’eau ce qui peut créer sa propre perte.
Le seuil d’absorption du CO2 par le phytoplancton dépend des conditions de vie de ce dernier (nutriments, température de l’eau, brassage des eaux, intensité de la lumière…).

Les vortex sont des formations tourbillonnaires qui créent dans l’océan des surfaces en rotation piégeant le phytoplancton. On les trouve en grand nombre au large des côtes nord-américaines. C’est pourquoi nous allons remonter le Gulf Stream en zigzaguant pour effectuer des mesures afin de documenter les caractérisiques chimiques, physiques, et biologiques à l’intérieur et à l’extérieur des vortex.

Les aérosols sont constitués de minuscules particules solides ou de gouttelettes chimiques ou organiques libérées dans l’atmosphère par les embruns et sont suffisamment légers pour rester en suspension dans l’air. Nous voulons faire un inventaire de ces particules (typologie, quantité) émises par les océans, ce qui reste aujourd’hui encore très peu connu. L’Université de Genève et son Département de Physique Appliquée ont développé la Biobox, un appareil prototype qui permet de compter le nombre d’aérosols détectés et de déterminer leur espèce chimique ou biologique. Embarquée sur le bateau, la Biobox a soulevé l’intérêt de la NASA qui a demandé à l’expédition de faire  des mesures avec l’un de ses propres instruments de comptage d’aérosols en parallèle : le Microtop. Une belle collaboration pour faire avancer les comparaisons scientifiques.

Les instruments semblent se cumuler à bord avec l’arrivée d’un  petit dernier qui enregistre les vocalises des baleines et des dauphins !

Combien de mesures avez-vous effectué jusqu’ à Boston ?
Avec les aléas météo depuis le début de notre remontée du Gulf Stream à partir de Miami, nous n’avons rempli que 4 jours de mesures, mais nous comptons nous rattraper dans la partie la plus passionnante du Gulf Stream entre Boston et St-Jean (Terre-Neuve). Au total nous aurons parcouru le Gulf Stream sur 6’000 à 7’000 kms !

Combien de chercheurs travaillent sur les données ?
Une quinzaine de scientifiques de l’Université de Genève contribuent à la mission scientifique. Sur le bateau, 3-4 chercheurs de l’équipe sont présents en permanence et un tournus s’organise en fonction des étapes. A Genève même, nous avons des réunions régulières de la « Mission Control », 2-3 fois par semaine, pour garder le contact avec le bateau et ses équipiers, et si nécessaire affiner la trajectoire du navire en fonction des photos satellites les plus actuelles.

Quand pourrez-vous vous prononcer sur les premiers résultats ?
Fin août ou début septembre. On commence à analyser les données déjà maintenant, au fur et à mesure qu’elles nous sont transmises via Internet, surtout pour s’assurer de la cohérence des instruments de mesure.

POUR CELLES ET CEUX QUI RESTENT À GENÈVE

PlanetSolar DeepWater pense à ceux qui restent à Genève en organisant des actions publiques de sensibilisation.
Après l’opération Iceberg qui se dégonfle dans le hall de l’Université de Genève comme symbolique de la fonte des glaces de l’océan Arctique, un nouvel iceberg géant dérive dans la rade de Genève depuis le 6 juillet. Les visiteurs des Bains des Pâquis sont invités à découvrir une exposition aquatique sur les changements climatiques jusqu’au 31 août. Vérifiez le programme complet.

Crédit photo : © Magali Girardin.

Crédit photo : © Magali Girardin.

EN APARTÉ

Saviez-vous que le sommet mondial du climat à Copenhague avait réuni l’accord de contenir à +2°C la hausse de la température moyenne d’ici à 2050, que fin 2012 le protocole de Kyoto (lutte contre le réchauffement climatique) a été prolongé de justesse jusqu’en 2020 pour 200 pays signataires (mais qui ne représentent que 15% des émissions de gaz à effet de serre) et que le sommet de Bonn qui vient de s’achever prépare un nouvel accord global en 2015 pour tenter d’atteindre l’objectif de +2°C maximum?

En attendant que les pays ne cessent de s’organiser, il relève de tout un chacun et des entreprises seules ou en consortium de mettre en place nos propres actions pour réduire les émissions de CO2.

Sources d’informations complémentaires :

L’expédition « PlanetSolar DeepWater », son parcours, ses blogs, et d’autres informations sur www.planetsolar.org!

TDG : « Un iceberg dérive dans la rade. »

La diplomatie scientifique suisse à Boston: outil pour entrepreneurs innovants!


Harvard_in-fuseon.com

En accompagnant la mission économique et scientifique de Lake Geneva Region et de l’Université de Genève du 22 au 26 juin à Boston, j’ai pu appréhender le dispositif bien rôdé et très performant que la Suisse a mis en place pour plonger nos entreprises dans l’éco-système ambiant et ainsi dynamiser les partenariats et les échanges économiques et scientifiques avec l’état du Massachusetts et la ville de Boston, creuset des plus prestigieuses écoles au monde avec le MIT et l’école d’ Harvard.
Voici un mini-guide des plateformes à disposition à Boston pour tout entrepreneur innovant. Surtout ne ratez pas le MIT Media Lab!

Premier article d’une série sur mon séjour à Boston. Abonnez-vous au blog pour découvrir la vie à bord de Planet Solar, la mission scientifique de Planet Solar et l’incubateur cleantechs de Boston.

SWISSNEX, UNE PLATEFORME DE CONNEXION INNOVANTE

Swissnex-In-fuseon.comNiché dans les locaux ouverts et accueillants du premier consulat scientifique suisse à Boston, Swissnex est un “hub” très dynamique qui porte l’innovation et l’entrepreneuriat en tissant des partenariats entre les milieux économiques, scientifiques et académiques de Boston et leurs répondants suisses depuis 2000. Son directeur Dr. Felix Moesner, une personne surprenante de finesse et au bénéfice d’un parcours international multi-continents, sait s’entourer d’une jeune équipe très motivée de 14 personnes dont 4 stagiaires.

Swissnex_in-fuseon-comSwissnex Boston est au coeur d’un réseau international de hubs innovants incluant ceux de Bangalore, San Francisco, Shanghai et Singapoure. Alors que le bureau de Boston performe dans les domaines notamment des biotechs/medtechs et cleantechs, nous apprenons que Swissnex est sur le point d’ouvrir un nouveau bureau à New York avec un accent sur les technologies de l’information, le publishing, la mode et les services financiers!

Venture Leaders et CTI US market entry camp:

Equipe nationale venture leaders 2013

Chaque année depuis 2000, 20 start-up suisses sélectionnées sur le volet par Venture leaders, font partie de l’équipe nationale suisse et reçoivent 10 jours de tutorat à Boston pour accélérer leur développement international. La volée 2013 venait tout juste de repartir de Swissnex lorsque notre délégation est arrivée à Boston. Puis certaines start-ups sont sélectionnées pour préparer leur entrée sur le marché américain et bénéficient de l’accompagnement notamment juridique du CTI US market entry camp pendant 3 mois.

Swissnex Boston conduit et anime bien d’autres initiatives:

Un grand merci à Dr. Félix Moesner, Sébastien Hug et Niccolo Iorno pour l’organisation sans faille et très conviviale de l’accueil de notre délégation.

RENCONTRE AVEC LES AUTORITÉS DE L’ÉTAT DU MASSACHUSETTS

Mass senateur-in-fuseon.com

Belle rencontre formelle et très ouverte avec le sénateur Marc Pacheco et ses représentants du Massachusetts Clean Energy Center, la veille du discours du président Obama sur son plan d’actions sur le changement climatique. Voir le détail des mesures en lien ici.

L’État du Massachusetts  (6.5 millions d’habitants) a engagé un programme très intense pour réduire ses émissions de CO2 de 25% d’ici à 2020 via une série de législations. Le secteur des Cleantechs annonce une croissance de 11%, compte 5’000 entreprises du secteur privé qui emploient actuellement 75’000 personnes. L’État est dépendant à 90% des importations d’énergies et vise à réduire ces coûts en utilisant l’effet de levier de la mise en relation de compétences transversales (scientifiqueséconomiques et académiques) parmi les nombreux “cerveaux”!
Jérémy McDiarmid, directeur Innovation et Industry du Clean energy center, déclare que l’État du Massachusetts ne choisit pas entre environnement et économie. Il agit sur les deux. En 2009, il a été le premier État  des Unis à renforcer le code de conservation de l’énergie des bâtiments (Home Energy Rating System =HERS). Le large complexe immobilier des hôpitaux de Boston a réussi à économiser 25% des 100 millions de dollars de factures d’énergies.
Pour aller plus loin, lien vers le Online Code Environment and Advocacy network.

UN ÉCO-SYSTEME D’EXCELLENCE

Toutes les conditions semble réunies à Boston et dans sa ville-soeur de Cambridge pour dynamiser innovations et business:

Le Boston innovation district: 4 km2 de bureaux, résidences et commerces en construction à proximité des grandes écoles du MIT et d’Harvard. Boston ne se repose pas sur la réputation de ses écoles prestigieuses mais se donne l’objectif  de se propulser encore plus haut dans l’innovation. En 3 ans, 200 entreprises installées et 4’000 emplois. Les prix de location de bureaux paraissent toutefois élevés avec 20 à 40 dollars par “pied carré”, soit environ 215 à 430 dollars par m2! Ce sera le premier éco-quartier d’envergure de la ville.

Le MIT Industrial Liaison Program: ce programme est animé par le Deshpande center for Technological innovation, qui s’appuie sur la proximité du très puissant éco-système du MIT (11’189 étudiants, 1’022 facultés, 3’470 chercheurs) pour transformer la recherche (10% des inventions du MIT atteignent le stade de brevets accordés, soit 79 en 2012) en industries et commerce. Le programme très compétitif de Deshpande alloue des soutiens financiers non remboursables de 50K à 250K de dollars par projet. De grandes entreprises accompagnent les start-up émergentes en injectant le capital nécessaire jusqu’à leur rachat.

Résultats MIT ILP

Résultats MIT ILP

MIT media lab_in-fuseon.comLe MIT Media Lab: c’est l’excellence de l’antre des nouvelles technologies média. Un cube géant sur 5 étages, impressionnant d’énergie, d’esthétisme, de surprises, de technologies et de travail collaboratif. Je me suis mise à rêver, une étincelle de seconde, à “Back to the future”: j’entreprenais de nouvelles études dans ce lieu magique! Réalité augmentée, modélisation visuelle comme source de créativité, biomechatronics, imprimantes 3D, machines apprenantes, objets connectés, robots personnels, opéra du futur et association de tous les sens…dans tous les sens!

Démonstration de machines apprenantes. Le cube de gauche passe de la couleur rose à orange et imite celle du cube de droite au moment où ma main gauche le touche.

Pour en découvrir plus: lien vers tous les groupes de recherche.

MassChallenge_in-fuseon.comLe MassChallenge, le plus grand accélérateur de startups: depuis 3 ans, MassChallenge attire 1’200 startups par année parmi lesquelles 200 sont sélectionnées pour pitcher, puis 128 entrent dans le Challenge de janvier à octobre. Chaque entreprise est suivie par 3 ou 4 coachs professionnels pour tenter de faire partie des 26 finalistes et bénéficier d’une part du million de dollars cash et des 9 millions de dollars sous forme de contre-parties non-cash.
Les 2 conditions pour participer?

  • avoir levé moins de 1/2 million de dollars de capital
  • avoir un chiffre d’affaires de moins d’un million de dollars

Pour en savoir plus, lien vers le site.

Cambridge Innovation Center (CIC): fondé en 1999, le CIC est le plus grand espace de co-working pour startups. Il héberge une centaine d’entreprises comptant en moyenne 4 personnes. 10% des entreprises sont étrangères et viennent conquérir le marché américain en installant leur siège au CIC.
Le centre offre la flexibilité de l’espace de bureaux et la proximité d’entreprises de services divers.
Lien vers le site.

Pour suivre les prochains articles, abonnez-vous au blog!

A la rencontre de PlanetSolar DeepWater Expedition à Boston!


infuseon-

Destination: Boston du 22 au 26 juin 2013! J’accompagne la mission économique et académique de Lake Geneva Region organisée par l’OPI (Office de promotion des industries et des technologies) et l’Université de Genève, à la rencontre d’acteurs prestigieux qui font avancer les technologies propres en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique!

UN PROGRAMME DENSE, VARIÉ ET ENTREPRENEURIAL!

En tout premier lieu, je me réjouis de partir à l’abordage du détenteur du record du tour du monde à l’énergie solaire et de la traversée de l’Atlantique: le catamaran solaire Planet Solar. Engagé par l’équipe de climatologie de l’université de Genève, le bateau et son nouvel équipage est au coeur de l’expédition Planet Solar DeepWater pour recueillir des données scientifiques le long du Gulf Stream et faire progresser la compréhension sur le climat. Le bateau vient tout juste de quitter NYC pour Boston!

Au programme!

  • Présentation du marché américain et du Massachusetts Clean Energy Industry
  • Visites au M.I.T, au Cambridge Innovation Center et à Harvard
  • Présentation du Boston innovation District, Greentown Labs (cluster cleantech américain) et de Swissnex (réseau suisse des domaines des sciences, de l’éducation et de l’innovation)
  • Conférence de presse sur le bateau Planet Solar

Programme complet.

MES 3 MOTIVATIONS

  • Découvrir et apprendre des nouveautés (innovations technologiques et perspectives de marché)
  • Rencontrer des chercheurs et des entrepreneurs d’exception
  • Et transmettre cet apprentissage par angles de vue variés et contribuer à diffuser le message sur le changement climatique.

Pour moi, un voyage inédit! Pour participer à distance à cette “aventure”, suivez-moi sur les réseaux sociaux.
Je vais certainement écrire quelques comptes rendus concoctés à ma façon sur ce blog. Je vais Twitter, Facebook-er et Googleplus-er et peut-être LinkedIn-er!

Ma contribution à MyClimate pour compenser les 2.5 T de CO2 que représente ma place sur ce vol: CHF 72.-.

Capture d’écran 2013-06-21 à 16.40.55

Lien vers My Climate.

Magneto, notre projet Cleantech sélectionné pour le prix IDDEA 2013!


Capture d’écran 2013-04-19 à 19.06.57

La brise de l’entrepreneuriat souffle en ce moment! Me voilà impliquée et à l’origine d’une idée innovante dans le domaine des Cleantechs en partenariat avec un Serial entrepreneur Michael Dupertuis! Notre idée vient d’être sélectionnée au concours IDDEA parmi plus d’une soixantaine. Nous entrons désormais dans la phase de formation/coaching et de montage du plan d’affaires jusqu’en octobre 2013! Au fait, Magneto c’est juste un nom de code!

En novembre, IDDEA confirmera les 3 gagnants du concours parmi les 15 projets sélectionnés. Un timing collant parfaitement avec notre besoin! Il y a entre CHF 5’000 et 20’000 à gagner, une belle impulsion financière pour contribuer au démarrage d’une start-up. Il va falloir travailler maintenant!

PRO-ACTIVITÉ

Il n’y a que quelques semaines que cette idée a émergé, grandi et que nous l’avons conceptualisée en surfant sur l’impulsion que nous a procurée le concours d’idées IDDEA.
Pour découvrir le contexte et le périmètre complet de ce concours d’idées de développement durable, voici le lien vers mon article d’origine relayant le concours.

LA SUITE POUR NOUS?

  • un accompagnement et des formations assurées par IDDEA
  • la préparation du plan et du modèle d’affaires pour Magneto!
  • et plein d’idées de communication et d’interactions avec l’internauteSphère pour tester le concept et obtenir des feed-backs! Web social, nous voilà avec Magneto, une belle opportunité de sensibiliser les gens à certaines problématiques Cleantechs actuelles!

Mon rêve? Faire émerger un nouveau produit Cleantechs via le web social, ce qui serait pratiquement une première. D’autant plus d’histoires et d’expériences à transmettre dans le cadre de Net-Academy, mon autre casquette de “décapsuleur” …cette fois-ci de compétences!

Programme Impact Ashoka 2013 pour entrepreneurs sociaux dans l’énergie


Capture d’écran 2013-03-27 à 19.14.51En 2012, j’avais annoncé le concours Impact d’Ashoka, 1er réseau mondial d’entrepreneurs sociaux et 17ème ONG la plus influente au monde. Cette année, le concours des entrepreneurs sociaux  se transforme en 2 programmes dont un pour les jeunes entrepreneurs du domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Étant moi-même très active dans ce domaine en matière de communication, je ne peux que soutenir ce programme pertinent!

IMPACT compte double!

IMG_0785

  • Programme IMPACT SUISSE pour tout entrepreneur suisse ayant lancé son activité il y a au moins un an : Inscription jusqu’au 26 avril 2013 sur www.ashoka-impact.ch. Pour en connaître le périmètre, consultez l’article 2012.
  • energie_in-fuseon.comProgramme IMPACT EFFICACITÉ ENERGETIQUE pour toutes organisations oeuvrant dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables en activité en France, Suisse et Belgique francophone. Inscription jusqu’au 21 avril 2013 www.ashoka-efficacite-energetique.fr

MESSAGE AUX ENTREPRENEURS SUISSES!

Vous avez fondé une organisation œuvrant dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables dont la vocation première est sociale ou environnementale, basée en France, Suisse ou Belgique et active depuis plus d’un an?

=> BOOSTEZ votre BUSINESS PLAN!

energie renouvelable_in-fuseon.ch

Vous souhaitez donner un coup d’accélérateur à son développement, consolider sa stratégie, garantir sa pérennité, réfléchir à de nouvelles sources de financement et/ou améliorer la mesure de son impact social et gagner en notoriété?

Profitez d’une formation et d’un accompagnement personnalisé gratuit pendant 5 mois pour repenser ces éléments et structurer votre business plan à vocation sociale, et tenter de recevoir l’un des deux prix, de 7 000 € et 3 000 €, décerné à l’issue de la formation aux organisations les plus prometteuses !

Faites vite et inscrivez-vous. Boostez votre organisation!

Sources:

The Global journal: The social entrepreneurship evangelists.

IDDEA, concours d’idées de Développement Durable pour les entreprises d’Avenir


LogoIDDEAVoici la 2ème édition du prix IDDEA initié l’an dernier par la Jeune Chambre Internationale de Genève. Vous avez l’idée d’une nouvelle entreprise en lien avec le développement durable? Alors ce concours est pour vous. Pas besoin de business plan ni d’activité déjà prouvée. Une bonne idée suffit!

J’avais déjà relayé le concours IDDEA l’an dernier. Ce qui change cette année, c’est le montant du 2ème prix qui double à CHF 10’000.

En résumé: 8 mois d’accompagnement pour 15 projets sélectionnés

  • 8 avril: date limite pour inscrire son idée sur Prix IDDEA.
  • 16 avril: soirée de « Speed Pitching » pour les 30 candidats pré-sélectionnés.
  • 23 avril: lancement du concours lors de la soirée d’ouverture : présentation des 15 candidats sélectionnés parmis toutes les idées.
  • de mai à novembre: les idées se transforment en plan d’affaires. Des formations sur tous les points clés de la création d’entreprise sont organisées pour les 15 participants sélectionnés.
  • 1er novembre: date limite d’envoi des business plans.
  • 21 novembre 2013: soirée de clôture et sélection des 3 projets primés

Capture d’écran 2013-03-24 à 19.33.49

EXEMPLES DE PROJETS

Voici les 3 projets primés en 2012:

Vélovoyages: organiser des tours à vélo pour découvrir des producteurs locaux et encourager l’utilisation du vélo pour ses loisirs.

Sara Svati: un prêt-à-porter féminin alliant la qualité de tissus biologiques et durables à la beauté de motifs textiles traditionnels dans un esprit couture et décalé.

Bees4Yousolution clé en main d’installation de ruches sur les toits des entreprises, complétée par des activités pour les employés et les clients.

Vous êtes inspirés? Alors déposez votre idée!

Site du prix IDDEA

Liens:

TDG: Un projet de voyages gourmet à vélo remporte le prix IDDEA.

Agefi: Voyages à vélo, mode éthique et ruches urbaines.

TÛRANOR PlanetSolar : le nouveau « couteau suisse » repart en missions !


planetsolar_infuseon mars 13Le 4 mai 2012, le catamaran solaire suisse PlanetSolar arrivait triomphalement à Monaco après 60’006 kms parcourus autour du globe et propulsé uniquement à l’énergie du soleil. Moins d’un an plus tard, le fidèle bateau reprend la mer pour un ensemble de missions concrètes alliant une expédition scientifique inédite sur le climat, une campagne de ramassage des déchets marins et des événements pédagogiques à la rencontre des populations locales au fil de son nouveau parcours. Défis et nouveau concept pour poursuivre la promotion de l’énergie solaire…

PlanetSolar 1_infuseon mars 13

À quelques jours du départ prévu le 26 mars 2013 du port de La Ciotat en France, rencontre avec Pascal Goulpié,  co-fondateur et directeur de PlanetSolar et Rachel Bros De Puechredon, responsable marketing communication.

Capture d’écran 2013-03-19 à 09.16.20

 

 

 

Nouvel itinéraire de PlanetSolar de mars à octobre 2013.

J’ai retrouvé avec beaucoup de plaisir Pascal Goulpié et son enthousiasme sans faille. Il m’avait fait découvrir « l’âme » du projet en janvier 2011 alors que le bateau était déjà à son 18’342e kilomètre et m’avait inspiré cet article : « TÛRANOR PlanetSolar. Avec 10 maisons, on fait le tour du monde en bateau solaire ! ». J’aurai aussi pu dire : avec l’équivalent de la puissance d’un scooter, on fait le tour du monde avec PlanetSolar !

Je profite de cet article pour donner également un nouveau coup de chapeau à Raphaël Domjan, l’éco-aventurier neuchâtelois qui avait lancé le pari « fou » de PlanetSolar en 2004 et qui a réussi à le mener à bout. Une grande joie pour moi d’avoir eu la chance de croiser cet homme emprunt de légendes, de visions et de tant de pragmatisme !

UNE MISSION SCIENTIFIQUE SUR LE GULF STREAM

Tant s’en faut que nous connaissions tout sur le climat et ses évolutions et surtout que nous comprenions tous les défis des changements climatiques.  Depuis 2010, les climato-sceptiques mettent en doute le réchauffement climatique et ses potentielles origines dans  la croissance exponentielle de nos émissions de gaz à effet de serre. Pourtant les deux semblent corollaires.

Capture d’écran 2013-03-19 à 12.01.54 Source : Fiche pédagogique sur le climat sur www.planetsolar.org/deepwater

Alors que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)) se prépare à publier en septembre 2013 son nouveau rapport déjà sujet à controverses sur Internet,  « PlanetSolar Deep Water Expedition », partenariat entre l’Université de Genève (UNIGE) et PlanetSolar va indépendamment lancer ses amarres sur le Gulf Stream de mai à août 2013.

La mission de l’expédition consiste à réaliser des mesures scientifiques inédites des échanges d’énergie entre l’océan et l’atmosphère sur près de 3’000 kms le long d’une partie du Gulf Stream dans un environnement non altéré par des gaz polluants  puisque PlanetSolar ne fonctionne qu’à l’énergie solaire. Ce fut d’ailleurs un des éléments déterminants pour l’équipe scientifique dans le choix de leur moyen de transport, sans compter la renommée internationale du bateau!

Gulf-stream-ralentissment-thermohaline_Nasa-JPL 2Source : futura-sciences

Le Gulf Stream est ce mythique courant océanique qui contribue à véhiculer la chaleur des tropiques jusqu’aux régions polaires de l’Atlantique Nord. Il est l’un des régulateurs les plus importants du climat européen et nord-américain. Prof. Martin Béniston, climatologue et directeur de l’Institut des Sciences de l’environnement de l’Université de Genève pilote l’expédition scientifique.

Pascal Goulpié , expert en énergie et en météorologie, explique :

«  Il est humain de réagir très localement et dans le moment présent en fonction du climat que l’on constate en un lieu donné. Or le climat est un système très dynamique dont l’amplitude peut varier rapidement du froid vers le chaud et inversement. La terre est une vieille dame qui tousse actuellement. Et les mesures qui se feront à bord de PlanetSolar vont contribuer à la simulation des phénomènes climatiques. Il existe 3 modèles de simulation du climat : l’Européen, le japonais et l’américain. L’objectif de PlanetSolar Deep Water Expedition est d’apporter de nouvelles données aux différents modèles internationaux. »

Saurons-nous alors tirer des conclusions ou des confirmations sur la tendance du réchauffement climatique mondial ? Si j’ai bien compris, les données seront analysées sans révélation hâtive !

Pour suivre la position du bateau au jour le jour, suivez ce lien.

Savez-vous pourquoi l’expédition s’appelle « Deep Water » ?

3_deepwater2013

Parce que les eaux du Gulf Stream refroidies et densifiées par salinisation progressivement jusqu’à l’Océan Arctique « plongent par gravité entre 2000 et 3500 mètres de fond et forment un courant de profondeur appelé North Atlantic Deep Water » ! (source : planetsolar deepwater)

Pascal Goulpié et Rachel Bros De Puechredon ne seront pas les seuls à trouver cette expédition fascinante. Vous allez la suivre à distance vous aussi ?

Capture d’écran 2013-03-19 à 09.32.21

UNE MISSION ENVIRONNEMENTALE

PlanetSolar continue à porter le message de la fiabilité et l’usage concret de l’énergie solaire comme source d’énergie renouvelable indispensable à la transition énergétique mondiale.

Capture d’écran 2013-03-19 à 09.03.53Mais l’action environnementale va plus loin. En août, le bateau mouillera dans les eaux d’Europe du Nord au large de la Norvège et participera au ramassage des déchets marins qui encombrent les mers et menacent faunes et flores marines.  Cette action symbolique et concrète soutient la fondation Waste Free Oceans, partenariat public-privé qui rassemble le secteur de la pêche, les autorités publiques et l’industrie internationale du plastique.

UNE MISSION PÉDAGOGIQUE

Chacune des 21 étapes de PlanetSolar sera l’occasion de rencontrer les populations et autorités locales pour démontrer la puissance et le bien-fondé de l’énergie solaire. De multiples événements auront lieu :

  • Accueil des écoles locales sur le bateau
  • Rencontres de confrères scientifiques : ex. MIT à Boston
  • Soirées d’hospitalité animées grâce à l’énergie solaire

LogoAOCIGPEt en bouquet final, PlanetSolar porte aussi le flambeau de la culture et de la qualité suisse. Son partenariat avec l’Association suisse des AOC (Appellation d’origine contrôlée) et IGP (Indication géographique protégée) ouvre la porte à la reconnaissance et aux dégustations de produits de bouche de haute qualité et d’origine suisse ! Là, j’avoue que j’embarquerais bien moi aussi !

En attendant de pouvoir peut-être le faire un jour ( !),  jetons un œil sur le programme de festivités prévu à Genève.

COMMENT SUIVRE LA NOUVELLE AVENTURE ?

Site de PlanetSolar et de PlanetSolar Deep Water Expedition.

Et sur les médias sociaux : Facebook, Twitter, YouTube !

Que le soleil soit favorable à cette nouvelle épopée de PlanetSolar, de l’équipe à bord et de l’équipe à terre !

Liens utiles :

Commentaires.com : prof.Martin Béniston, Climat : les médias préfèrent la controverse à l’information scientifique.

Waste Free Oceans : Interview de Bernard Merkx, chef de projet à Waste Free Oceans.

L’Illustré : PlanetSolar participera à une expédition le long du Gulf Stream.

Mer et marine: Le Türanor PlanetSolar se prépare pour de nouvelles aventures.

Blog d’in-fuseon : Des idées et des talents au sommet du TEDxMartigny incluant l’intervention de Raphaël Domjan.

Startup weekend Lausanne: web, mobile et communautés!


IMG_1561Le concept Startup weekend, vous connaissez? Monter sa startup en 54 heures en partant d’une idée? C’est ce que 140 entrepreneurs en herbe ont vécu ce weekend à Lausanne au Rolex learning center de l’EPFL. 59 idées étaient en lice vendredi soir, 19 ont été retenues et développées en équipes. J’ai assité aux pitchs finaux dimanche soir. Inspirant, dynamique, créatif!

De retour de Lausanne, je prends la plume pour écrire cet article sur les constatations suivantes:

  • le web est le media moteur de la très grande majorité des projets:  16 sur 19 soit 84%,
  • les applications mobiles sont au coeur du plan d’affaires de 4 projets sur 19 soit 20% et se développeront certainement comme media de promotion de bon nombre d’autres projets,
  • la dimension communautaire sociale de partage et d’échange prédomine dans 4 projets sur 19 soit 20% aussi,
  • un des projets est fortement basé sur la technique du marketing viral également via l’effet communautaire.

 4 PROJETS FORTEMENT COMMUNAUTAIRES

Favor Now: site d’échanges de “faveurs” et d’aides en milieu universitaire. Un nouveau Facebook en mode “actions”.

Ignilife: votre compagnon santé personnalisé au quotidien. Gamification et communauté d’utilisateurs en vue!

Communitri: suite au déploiement de l’incitation au tri des déchets via la taxe au sac sur le canton de Vaud, l’idée a surgi de créer un service de gestion des déchets pour les particuliers. Bons gestes via des vidéos ludiques, mise en relation de personnes pour partager le transport des déchets et ramassage des déchets!

Ed-Fund: Education fund! Plate-forme de crowfunding à la mode Kickstarter et de micro-prêts pour soutenir le développement de compétences de personnes sans emploi. Investir sur des hommes et des femmes, ça change!

AND THE WINNERS ARE…

Aucun des projets fortement axés communautaires! Toutefois, je reste persuadée que les 3 projets gagnants le deviendront…communautaires lorsque leurs produits ou services auront passé la rampe du développement et que la question de la communication sera abordée. L’axe communautaire pourra devenir un élément de différentiation et de self-promotion.

N°1: Cushear ou No snore No oversleep!
Des boules quies intelligentes multi-fonctions et programmables qui restaurent la paix des ménages et servent de réveil matin sympathiques. Elles se rechargent pendant la journée grâce à leur petit sachet “batterie”. Astucieux et utile.
Vous trouvez l’inventeur sur Twitter @cyrilpic.

2 participants de l'équipe de Cushear

2 participants de l’équipe de Cushear

N°2: Pick.li
50% de rabais sur les tables de restaurants aux jours et heures creuses.

N°3: Tempmonitor
Système de monitoring des frigos de petits commerçants par senseur filaire dans un premier temps et mobile plus tard.

Bravo et bonne route à tous ces entrepreneurs! Bravo à l’équipe des organisateurs!

Liens utiles:

Startup weekend Lausanne: site web, page Facebook.

Pour découvrir les projets et en savoir plus, retrouvez-les sur Twitter #SWLAU!