Category Archives: Communication responsable

Coup de pouce pour l’envol de Human’Air


Capture d’écran 2014-12-19 à 20.35.18

Mon blog ayant pour vocation de mettre en avant des sujets de communication responsable en lien avec des projets innovants et des communautés en ligne, j’ai le plaisir d’y relayer l’interview de Jean-Philippe Naef, fondateur de Human’Air, avec qui j’ai écumé les bancs studieux de la saison 2013 du prix concours IDDEA.

L’association Human’Air a pour vocation d’apporter un soutien logistique à des projets d’aide humanitaire, mais aussi à des projets scientifiques et/ou écologiques en milieu d’accès difficile. Elle propose des moyens aériens complémentaires (avions légers), met en place des infrastructures pour les actions de soutien (pistes temporaires, hangars légers, atelier d’entretien) et forme des pilotes pour des opérations spécifiques ou planifiées.

Le défi permanent de Human’Air réside en la collecte de fonds via sponsors, donateurs ou mécènes afin de réaliser toutes ces initiatives.

Capture d’écran 2014-12-17 à 14.42.21L’INTERVIEW

Jean-Philippe, comment l’idée de Human’Air t’est venue et quand?

C’est déjà en 1988 comme délégué du CICR que je me suis rendu compte du temps perdu lors de trajets sans fin en 4×4 dans des pays en voie de développement. C’est ainsi que l’idée a germé. Déjà à cette époque, j’avais réalisé plusieurs missions avec des ULM. En 2011, un délégué de Médecins Sans Frontières m’a demandé de faire une évaluation des appareils du marché pour une utilisation humanitaire. C’est comme cela que Human’Air s’est créé.

En quoi Génilem a été aidant et une plateforme pour « décoller »?

La sélection de Genilem se fait devant une vingtaine de directeurs de sociétés. Un business plan initial est obligatoire. Une fois ton projet accepté, tu es parrainé par des entrepreneurs qui t’aident à placer ton projet. Il n’y aucun financement, mais surtout un apport en relationnel et mise en contact.

En quoi ce projet est-il innovant? N’y-a-t il pas d’autre initiative similaire?

L’ULM est déjà utilisé dans le monde, mais sans aucune structure et au coup par coup. Human’Air est structuré et travaille avec des professionnels, sélectionne de façon rigoureuse les pilotes grâce à un cours sélectif et étudie attentivement la mission demandée avant d’envoyer un avion pliable sur les lieux de la mission. Human’Air ne fait pas concurrence à l’aviation, car nos avions ne volent que dans des régions ou les autres avions ne peuvent pas atterrir.

Combien de pilotes sont en cours de formation ou ont été formés

Nous en sommes à 23 pilotes professionnels bénévoles.

Comment communiquez-vous pour faire connaître l’association? 

Nous sommes actifs sur Horyou, le “Facebook des ONG” qui se dit “The social network for social good”. J’utilise mon réseau de 1’035 contacts sur LinkedIn. Human’Air est présent sur le site 3i3s, l’association de l’industrie des spécialistes de l’aéronautique. Et surtout nous avons le soutien de notre parrain Raphaël Domjan, l’éco-aventurier neuchâtelois qui a fait le tour du monde en catamaran solaire PlanetSolar.

Quel est l’état d’avancement de la construction d’Ecolight et de quoi avez-vous besoin pour progresser?

Pour l’instant nous avons installé un moteur peu gourmand en essence ce qui nous permet déjà de baisser nos émissions de CO2 et nous allons réaliser le premier carénage écologique d’un avion léger entièrement en fibre de lin et donc recyclable.

Quelles sont vos prochaines missions?

3 missions sont prévues en 2015:

  • Tadjikistan : Ravitaillement des équipes de déminage.
  • Bénin : Surveillance du parc W et transport d’un médecin pour des tournées sanitaires.
  • Madagascar: Ravitaillement de village isolé et cartographie.

HORYOU, UNE COMMUNAUTÉ DE SOUTIEN DE PROJETS

C’est une plateforme communautaire en ligne qui met en relation des porteurs de projets associatifs en quête d’aide financière et de visibilité, des personnalités qui soutiennent des projets et des membres comme vous et moi. Vous pouvez soutenir des projets en achetant des Spotlights. Horyou peut aussi vous transmettre gratuitement des Lights suite à la participation à des activités organisées par Horyou. Vous ne “likez” pas un projet mais vous le “lightez”!

Capture d’écran 2014-12-17 à 14.17.41

[tweet https://twitter.com/EdithPage/status/545207021033639936]

Le site web de Human’Air.

Advertisements

Nouvelles conditions Facebook: limites d’une communication responsable


Capture d’écran 2014-12-07 à 22.39.58Je suis quotidiennement connectée sur Facebook à titre professionnel comme formatrice en communication responsable sur les réseaux sociaux et aussi comme Community manager pour des marques d’entreprise. C’est ma fibre éthique qu’a interpellée la nouvelle campagne de communication de Facebook annonçant la mise en application de ses nouvelles conditions au 1er janvier 2015. C’est certes un défi de créer une communication proche et vulgarisée pour faciliter la compréhension massive de nouvelles conditions et de règlements auprès des 1.3 milliards d’utilisateurs Facebook actifs au monde (vous avez du recevoir un email à ce propos). J’ai suivi pour vous le dédale de la politique d’utilisation des données via des liens menant jusqu’aux prises de décision que Facebook préconise par son message “Vous avez le contrôle” et en voici le résultat!

VOUS DÉCIDEZ MAIS C’EST DU TRAVAIL POUR VOUS

Facebook intensifie la monétisation des campagnes publicitaires en déclarant vouloir les améliorer en les rendant toujours plus contextualisées en rapport à votre profil et vos centres d’intérêt. Des publicités vous sont déjà envoyées sur votre fil d’actualité. Elles sont marquées comme “sponsorisé” et vous incitent à aimer la page en question.

Astuce: déroulez le bouton sur la droite et décidez par vous-même si vous ne voulez plus voir de publicité de cette marque ou si au contraire vous voulez être prévenu (notifications) lors de nouvelles parutions.

Capture d’écran 2014-12-07 à 23.29.58

L’argument que Facebook met en avant est que vous avez la liberté de choisir de contrôler et comme vous recevrez de toute façon des publicités, que vous avez donc tout intérêt à ce qu’elles correspondent au  mieux à ce qui vous intéresse! Je questionne ainsi le terme “contrôle” utilisé par Facebook. Actuellement c’est Facebook qui contrôle ce que vous voyez comme publicités et ça va continuer.

“Nous utilisons les informations que nous collectons pour améliorer votre expérience”, Facebook dans sa mise à jour des conditions et règlements.

Facebook a certes déployé une campagne visuelle de qualité via un site dédié à sa politique d’utilisation des données personnelles.

Capture d’écran 2014-12-07 à 23.36.40

UNE HISTOIRE DE COOKIES: ALLER AU BOUT DU PROCESSUS POUR VÉRIFIER

Nous sommes en plein feuilleton de ce qu’on appelle la publicité comportementale en ligne basée sur une traque des données de plus en plus fine (analyse des usages quotidiens des internautes) et des publicités resservies au quart de tour à l’internaute en question. Ceci n’est pas nouveau et Facebook n’est pas la seule plateforme à faire un usage intensif des cookies. Suivez les étapes pour découvrir l’étendue du tracking personnalisé de votre profil.

Etape 1: Sous votre profil Facebook, aller sous Paramètres>Publicités

Capture d’écran 2014-12-07 à 23.45.40

Pour l’Europe, suivez le lien vers European Digital Advertising Alliance, puis choisissez votre pays. Vous aboutissez à un site exhaustif d’informations à prendre le temps de découvrir.
Concentrez-vous sur la section Contrôler ses cookies. Là, vous êtes en ligne avec vous-même ou plutôt avec ce que votre adresse IP révèle des cookies déjà installés et activés et de l’état de l’émetteur du cookie publicitaire.
Dans mon cas, 93 entreprises sont déjà actives ou dans les starting blocks dont bien entendu Facebook et Google!

Capture d’écran 2014-11-30 à 22.34.47

C’est là que votre décision entre en jeu! 3 boutons vous tendent les bras pour accepter ou refuser toutes les sociétés d’un coup ou bien de les accepter ou les refuser une par une.

Une courte remarque un peu anodine en bas de page vous indique tout de même:

“Si vous choisissez de refuser la publicité comportementale cela ne signifie pas que vous ne recevrez plus de publicité sur Internet. Cela signifie seulement que la publicité qui s’affichera sur les sites que vous consulterez ne correspondra plus à vos centres d’intérêt ou vos préférences sur le navigateur web que vous utilisez actuellement. Refuser la publicité comportementale n’affectera pas d’autres services utilisant la même technologie, à base de cookies, comme les emails, les préférences de panier d’achat.”

Capture d’écran 2014-11-30 à 22.38.07

A vous de jouer et de décider.

VOS DONNÉES PERSONNELLES SUR FACEBOOK NE VOUS APPARTIENNENT PLUS

Voici la nouveauté très controversée de la politique d’utilisation des données personnelles qui sera mise en application au 1er janvier 2015.

“Jusqu’ici, l’utilisateur cédait à Facebook le droit d’utiliser ses données (photos ou vidéos, par exemple). Désormais, le réseau social sera propriétaire de ces données“, interview de Sébastien Fanti, juriste par la RTS, le 27.11.14.

Sources:

Facebook: Mise à jour de nos conditions et règlements : mieux comprendre le fonctionnement de Facebook et comment contrôler vos informations.

Site web Facebook: politique d’utilisation des données.

RTS: Facebook encore plus intrusif dès 2015 avec ses nouvelles conditions.

Pour aller plus loin:

Blog d’In-fuseon: Eliminer les comptes doublons sur Facebook.

Prenez les devants et ne vous privez pas des réseaux sociaux. Maitrisez au mieux votre environnement social sur Internet en vous formant ou en formant vos équipe de communication en Social media et Community management chez Net-Academy. 

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, agence de communication responsable et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.

 

Application mobile et vidéos pour réussir son permis de conduire


Capture d’écran 2014-11-29 à 00.07.40

Le Service cantonal des automobiles et de la navigation (SCAN) de Neuchâtel innove de nouveau. Après sa démonstration d’entreprise responsable vis-à-vis de l’environnement lors de la construction de son nouveau bâtiment, le SCAN ouvre une nouvelle voie vers sa responsabilité sociale d’entreprise en proposant de nouveaux moyens de communication web 2.0 pour aider les élèves-conducteurs à réussir leur permis de conduire.
Le dispositif de communication s’adresse aux jeunes adultes en cours d’apprentissage. Il repose sur deux types de supports de communication complémentaires: une application mobile AutoLearn pour Smartphone et une série de vidéos sur la toute nouvelle chaîne YouTube du SCAN.

UNE APPLICATION MOBILE QUI RASSEMBLE

L’App. mobile AutoLearn rassemble élèves conducteurs, parents et/ou amis et moniteurs autour du projet de réussite du jeune apprenti. Tel un compagnon de “fitness permis de conduire” sur le modèle du Fitbit ou du Nike Fuelband, AutoLearn permet à l’élève de suivre les parcours en kms , les temps de conduite, le type de routes empruntées et surtout de s’auto-évaluer et de demander l’évaluation de l’accompagnant. Le SCAN préconise en effet de conduire au moins 2’000 km avant l’examen. AutoLearn est disponible sur iTunes (version Android à venir) et a été développée par Apptitude, une jeune pousse de l’EPFL Innovation Park.

DES VIDÉOS FAITES PAR DES JEUNES POUR DES JEUNES

Dans le cadre d’un concours, le SCAN a fait réaliser 5 vidéos didactiques par les
étudiants concepteurs multimédia de l’école d’arts appliqués de La Chaux-de-Fonds. Originales et conçues sur la technique du stopmotion, elles présentent les bonnes pratiques auto, moto et le processus pour obtenir le permis d’élève et le permis à l’essai.

Et comme le SCAN n’est pas encore présent sur les réseaux sociaux (à part YouTube désormais), cet article produira (lors de sa publication d’ici à quelques minutes!) le premier tweet avec le mot-dièse #SCANeuch…que je leur suggère (clin d’oeil à Philippe!).

Et voilà qui est fait!

Sources:

Communiqué de presse du SCAN: Le SCAN lance 4 actions à l’attention des élèves-conducteurs.

ArcInfo: Une application et des vidéos pour guider les apprentis conducteurs.

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, agence de communication responsable et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.

Trois limites d’une communication responsable


10408927_787713741274980_4940517735712787952_nMa dernière intervention sur le thème de la Communication responsable au DAS en Management durable à la HEG a inspiré cet article. La communication responsable est rarement une entité, fonction ou concept à part de la communication institutionnelle ou marketing d’une entreprise. C’est, de mon vécu en entreprises, la concrétisation d’un engagement envers le Développement Durable en des règles, chartes et plans d’actions transversaux intégrés à la communication de l’entreprise.
Dans un contexte où les actions de Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises (RSE) se déploient progressivement (encadrées ou pas par ISO 26000 ou du Global Reporting Initiative-GRI) au même titre que toutes les autres actions de communication, je me questionne sur 3 limites (il y en a d’autres) que peut rencontrer la communication responsable d’une entreprise.

1. LA PROMOTION COMMERCIALE AVANT TOUT

Je citerai le cas de Migros, l’une des entreprises pionnières en matière de Développement Durable en Suisse qui dédie une impressionnante palette d’actions, labels et rapports sur son site web. Je salue en particulier le site de Génération M que j’ai vu évoluer en un portail impressionnant de bons gestes et témoignages, le magazine Vivai et les produits labellisés écologiques et équitables.

Capture d’écran 2014-11-16 à 20.59.55

Pourtant, les jeux de collection de figurines à répétition pour attirer les enfants et encourager les parents à augmenter leurs dépenses (Nanomania, Captormania en ce moment) semblent incohérentes avec l’esprit “vert” et durable de l’entreprise. Gains par des tactiques mercantiles ou cohérence d’image, Migros joue sur la corde raide.

La Fédération Romande des Consommateurs s’insurge:

“On connaissait les Nanomania, Animanca et autres dominos ou stickers qui encombrent encore les tiroirs à jouets de nos enfants pour une utilisation très anecdotique. Or voici donc venir la prochaine vague, la Captormania. Qui pour une fois porte bien son nom: sous ses airs de faire plaisir aux enfants de leurs clients, c’est bel et bien le client de demain que l’on cherche à rendre captif.”

Certains clients se sont retrouvés dépités face aux ruptures de stock de figurines Nanomania en 2011! Claude Hauser, le patron de Migros a déploré le problème de stock et a exprimé sa satisfaction d’avoir déjà écoulé 50 millions de figurines lors de l’interview ABE de la RTS.

À la fin, il relève de la responsabilité mutuelle de l’entreprise et des clients eux-mêmes mais lorsque les enfants sont “pris en otages” par le marketing, ça devient très compliqué.

2. LE CONCEPT NON DURABLE DU PRODUIT

Je reviens de nouveau sur le cas de Nespresso que j’ai déjà mentionné dans plusieurs articles dont le dernier “Ce que Dujardin et Clooney rapportent socialement à Nespresso”.

En 1986, lorsque Nespresso lance la commercialisation du nouveau concept certes très innovant de café proportionné en capsules aluminium, il y a pourtant eu déjà 2 sommets de la Terre mais il faudra attendre celui de Rio en 2002 pour commencer à voir poindre la notion de RSE.

Le point que je souhaite souligner est l’importance d’intégrer la dimension de Développement Durable dans le concept même du produit. Sinon, l’effort pour améliorer le produit après coup peut s’avérer gigantesque et de longue durée. Voir la politique de Nespresso pour étendre le réseau de points de collecte des capsules, l’aluminium étant produit à partir d’une ressource naturelle précieuse, la bauxite…

De plus, un article récent de Santé-nutrition mentionne une étude qui dénonce les composants toxiques piégés dans les emballages alimentaires à base d’aluminium et surtout les capsules de café!

Comment parler du cercle vertueux d’une communication responsable?

3. DES CANAUX NUMÉRIQUES DE COMMUNICATION ENCORE PEU COMPRIS

Lors de mes multiples interventions en entreprises et en formations, j’ai souvent été confrontée à la question du dilemme “papier ou numérique”. Elle porte non pas sur le développement des espaces clients en ligne, services e-facture etc qui ont prouvé leur ROI (retour sur investissement) et la satisfaction clients. La question est plutôt de savoir s’il est plus intéressant de basculer d’une communication promotionnelle de type “print” (par ex. publicité presse, brochures imprimées etc.) à une communication exclusivement numérique via site web et réseaux sociaux.

Il est un fait que la relations clients est en mutation et que les canaux de communication numériques représentent 52% des interactions clients (dont 8% sur les réseaux sociaux) en dépassant les médias traditionnels (courriers, téléphones et visites en face à face).

In-fuseon_source Markess

Le numérique via les sites web, les emailings, newsletters et réseaux sociaux permet une analyse immédiate des résultats d’une action ou d’une campagne de communication. Les budgets de communication se transforment et accordent une part grandissante au numérique. La publicité numérique a conquis 1/4 du marché mondial avec un doublement en 3 ans (source: TechCrunch, avril 2014).

Toutefois, même si la communication web 2.0 diminue (à priori) l’empreinte écologique d’une action de communication, le contenu de l’action elle-même se doit de rester éthique pour correspondre à une communication responsable, sans oublier l’usage des données personnelles éventuellement recueillies (par ex. via les inscriptions aux newsletters en ligne).

Pour mieux comprendre l’environnement du web 2,0 et les techniques d’évolution de la relation clients, Net-Academy donne des formations en social media et community management en y incluant une dimension éthique.

Sources:

Blog d’in-fuseon: La communication sociale. facteur de durabilité de l’entreprise.

Blog d’in-fuseon: La communication au sens propre au service de la PME.

Migros: site web.

FRC: Captomania ou la manie de rendre captif.

RTS-émission ABE: La Nanomania ne fait pas que des heureux: entretien avec Claude Hauser, patron de la Migros.

Nespresso: Etendre notre réseau de points de collecte.

Santé-Nutrition: Café en capsules: un bon goût de cancer.

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, agence de communication responsable et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.

 

 

Ce que Dujardin et Clooney rapportent “socialement” à Nespresso?


La sortie de la nouvelle publicité de Nespresso “How far?”, vendredi 31 octobre m’a incitée à faire une petite observation rapide sur son activité sur les réseaux sociaux. Je ne discuterai pas ici du “J’aime”, “J’aime pas” de cette publicité” qui met en scène Georges Clooney et son désormais rival Jean Dujardin. Je souhaite plutôt mettre en scène un outil pour Community manager que je trouve utile pour faire une analyse rapide sans investir dans un outil payant.
Je profite aussi de cette actualité pour lancer un petit clin d’oeil:

POPULARITÉ ET VIRALITÉ

Au coeur du dispositif de communication:
– La vidéo de la publicité sur YouTube: 83’156 vues au 2/11/14 (23h29).
– Et une landing page sur le site web de Nespresso.

Avec bien entendu les relais sur les réseaux sociaux de Nespresso: Facebook, Twitter, Instagram (peu de relai).

La plateforme Linktally lancée par Hubspot en 2013 permet de vérifier le nombre de fois qu’une URL a été partagée sur les 4 réseaux sociaux principaux Facebook, Twitter, LinkedIn et Google+. Vérifions donc ce que Linktally révèle pour l’URL de la landing page dédiée au lancement de How far: 51 partages à partir du nom de domaine national suisse.
2’325 partages à partir du nom de domaine national français.

Capture d’écran 2014-11-02 à 23.35.08

 

Capture d’écran 2014-11-03 à 07.12.23

Faisons le même exercice avec l’URL de la vidéo sur YouTube: 7’586 partages, soit un rapport de 1 pour 10 avec le nombre de vues.

Capture d’écran 2014-11-02 à 23.39.06

Ces chiffres sont bien entendu à prendre avec précaution car ces résultats n’indiquent que les partages et non pas la portée totale. Ceci donne une idée de la tendance de la viralité et est utile pour comparer plusieurs campagnes et l’impact sur plusieurs pays.

Il est intéressant de voir que YouTube est au coeur du déclenchement de la viralité et que Facebook s’affirme comme réseau privilégié des partages sociaux, suivi de LinkedIn. Je suis juste étonnée du peu de partages via Twitter qui, dans ma pratique quotidienne des réseaux sociaux, constitue une bonne plateforme de veille d’actualités. Pour suivre ce qui se dit sur Twitter: faites une recherche sur #howfar.

Si vous souhaitez poursuivre la comparaison entre les sites Nespresso de plusieurs pays, voici le lien vers tous les sites web. La campagne How far est présente principalement sur les sites web européens pour l’instant.

Merci de partager vos astuces sur d’autres outils que Linktally, ceux qui restent encore gratuits…dans l’univers du web de plus en plus monétisé!

LA VALORISATION DES AGRICULTEURS DU RÉSEAU NESPRESSO

Sur la landing page de How far, j’ai noté le lien qui emmène l’internaute vers l’initiative ” Thank you farmers” de valorisation des 16 agriculteurs retenus par Nespresso. Vous les retrouvez sur une carte  et vous pourrez même leur écrire un message. Je salue cette initiative de Nespresso.

Dommage qu’il n’y ait que 498 vues de cette vidéo pour l’instant! Ceci démontre ce qui intéresse le plus les consommateurs n’est-ce-pas?

Rappel: le chiffre d’affaires de Nespresso a été estimé à 4 milliards de francs (CHF) en 2012. Le commerce des capsules est un marché “juteux” pour Nespresso et également pour la vingtaine de concurrents qui s’y sont engouffrés.

Sources:

RTS info: La justice autorise les capsules concurrentes de Nespresso.

Hubspot: How many social shares dit that get?

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, la communication au sens propre et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.

3 éléments remarquables pour une journée qui turbine!


Source: facebook.com/RomandeEnergie

Source: facebook.com/RomandeEnergie

Samedi 27 septembre, j’étais présente à la journée Portes-Ouvertes de Romande Energie au Sépey en Chablais qui a permis au grand public de découvrir le fonctionnement de la centrale hydraulique du Pont-de-la Tine et une partie du chantier d’optimisation de la centrale des Farettes située en aval de la Grande Eau. Voici 3 éléments qui m’ont surpris et que j’ai trouvés vraiment remarquables au point d’avoir envie de les partager avec les lectrices et lecteurs de mon blog.

PETIT RAPPEL SUR L’ÉNERGIE HYDRAULIQUE

L’énergie hydraulique représente 58.7% du mix énergétique suisse et permet à la Suisse de compter parmi les pays dont la part d’énergies renouvelables est la plus élevée. Ce type de production bénéficie d’un excellent bilan carbone, de technologie mature, d’une très longue durée de vie et peut être activée à la demande (énergie de pointe et en ruban). La centrale du Pont-de-la Tine de Romande Energie est une centrale au fil de l’eau contrairement aux centrales à accumulation qui fonctionnent en stockant l’eau dans un barrage comme la Grande Dixence. Même si depuis une année environ, l’énergie hydraulique suisse a souffert des baisses de prix du kWh sur les marchés de gros européens, elle perdure comme une énergie essentielle à la sécurité d’approvisionnement du pays dans le cadre de la stratégie énergétique suisse 2050.

L’ÉNERGIE HYDRAULIQUE DÉCRYPTÉE

La centrale hydraulique du Pont-de-la Tine dispose de tous les atouts en un seul lieu pour faire comprendre facilement comment produire de l’électricité grâce à la force de l’eau. Conduite forcée et eau sous pression grâce à une chute de 256 mètres, 2 turbines entraînées par la force de l’eau et qui génèrent de l’électricité grâce à leur alternateur, canal de fuite du surplus d’eau. Les deux turbines Pelton adaptées aux eaux de haute chute et de petit débit turbinent l’eau pour alimenter l’équivalent de 10’000 ménages ( 38 mio de kWh).

This slideshow requires JavaScript.

UNE IMPRESSIONNANTE GALERIE D’AMENÉE D’EAU

Imaginez descendre de 12 mètres de haut par un escalier de chantier (sécurisé) dans un puits de 10 mètres de diamètre qui mène à la future galerie d’amenée d’eau (longue de 5 kms) du chantier d’optimisation de la centrale hydraulique des Farettes. Une chance de se rendre compte de l’imposant tunnel creusé à même la roche pendant près de 10 mois à raison de 27 mètres par jour. J’ai pris quelques minutes pour imaginer la mise en eau de cette galerie prévue fin 2015, lorsque les deux prises d’eau (celle venant de la centrale du Pont-de-la Tine en amont) et la nouvelle prise d’eau (faisant partie du chantier d’optimisation des Farettes) se rencontreront à jamais et perpétuellement pour accroître le débit d’eau de 2.5 m3/s à 6.5 m3/s.

This slideshow requires JavaScript.

UN ENGIN “SPATIAL”

Quelle ne fut ma surprise de découvrir cet engin! J’ai crû voir l’intérieur d’un vaisseau spatial en attente d’être assemblé pour un prochain vol! Que nenni. C’est l’appareil qui va servir de coffrage pour bétonner l’intérieur de la galerie d’amenée d’eau du chantier des Farettes.

Farettes-coffrage

En bref, une journée qui a bien turbiné aussi grâce à l’organisation remarquable de l’équipe de Romande Energie. Initiative à saluer pour sensibiliser le public au domaine de l’énergie.

Sources:

Romande Energie: Portes-Ouvertes au Pont-de-la Tine.

AES: Production et mix énergétique suisse.

Le Temps, 23 mai 2014: Faudra-t il porter secours aux barrages suisses?

Les sacs plastiques en Suisse: de la taxe à l’interdiction


24 Heures.ch. Image: Keystone

Les sacs plastiques jetables à usage unique et les sacs oxo(bio)dégradables devraient être interdits aux caisses des magasins en Suisse dans le cadre de la mise en application progressive de la Motion De Buman (2012). L’OFEV (Office Fédéral de l’Environnement) l’a confirmé le 31 janvier 2014 pour 2015 après de multiples soubresauts qui privilégiaient un temps la taxation plutôt que l’interdiction. Depuis, la date de début 2016 est avancée.

Que ferons-nous donc aux caisses des magasins? Aurons-nous des cabas ou des sacs plastiques recyclables et/ou biodégradables ou des sacs papier? Découvrez l’avis de Frédéric Mauch, CEO de BioApply impliqué dans la consultation pour la préparation de la révision de l’ordonnance technique sur les déchets qui entrera précisément en vigueur en 2016.

DES CHIFFRES PARLANT

Les 2 plus grands distributeurs Migros et Coop contribuent à la diffusion annuelle de 240 millions de sacs plastiques de très courte durée de vie et “poubellisés” avec les déchets ménagers quotidiens. Les sacs compostables proposés par BioApply n’en représentent que l’équivalent de 10%.

RAPPEL DE NOTIONS

Kimberley Irvin’s photo

Pour comprendre ce que représente le péril du 7ème continent et les différences entre matières plastiques, re-découvrez mes 2 articles sur ce sujet:

Le nombre de sacs plastiques distribués aux caisses a déjà diminué mais il reste encore des secteurs forts consommateurs. Je pense notamment aux sachets d’emballage des fruits et légumes que l’on utilise intensivement pour la pesée. En voici le résultat, une fois les aliments déballés.

AVIS D’UN EXPERT

Frédéric Mauch, fondateur et dirigeant de l’entreprise glandoise BioApply répond à nos questions:

1. Quelles sont les étapes concrètes qui ont été réellement mises en oeuvre pour interdire les sacs plastiques jetables et oxo(bio)dégradables en Suisse (cf Motion De Buman)?

“Dans la foulée de la Motion De Buman portant sur l’interdiction des sacs plastiques à usage unique et des sacs oxo, l’OFEV a tenu une première réunion avec les parties prenantes, dont BioApply, en Février 2014.
Il a été confirmé qu’une interdiction sur ces produits allait être réalisée, avec pour échéance 2016.
Une seconde réunion avec les parties prenantes était prévue en mai 2014, mais a été reportée par l’OFEV. En octobre 2014, la réunion se tiendra à Berne. En principe, l’OFEV reviendra avec des propositions très concrètes.
Ces démarches s’inscrivent dans le sens des nouvelles directives françaises, italiennes et européennes visant à interdire les sacs plastiques et Oxo et privilégiant les sacs compostables.”

2. En quoi ce changement de cadre légal contribue-t-il au développement des sacs biodégradables…et pour quels usages quotidiens?

“Ce changement du cadre légal va encourager un usage quotidien plus durable. Terminé le sac plastique sortie de caisse que l’on utilise 20 mins puis que l’on jette. Désormais, le citoyen a la possibilité d’accéder à un sac compostable très bon marché (5cts chez Migros Vaud) à la caisse pour ses courses légères puis de conserver plus au frais ses fruits et légumes (avantage fonctionnel des biopolymères) avant de pouvoir l’utiliser pour la collecte des déchets organiques. L’usage quotidien s’en voit facilité avec de réelles économies pour le citoyen. BioApply développe d’ailleurs une App qui va permettre au citoyen de quantifier et de mesurer les économies mensuelles en tri, l’impact financier ainsi que la réalisation d’humus.”

Les sacs en plastique compostables et biodégradables se présentent donc comme l’alternative la plus durable et accessible en prix pour le consommateur.

L’UBP, C’EST QUOI?

Papiertasche_plastiksackCet acronyme UBP signifie l’unité de charge écologique d’une matière, soit l’équivalent d’une seule valeur de référence de type éco-bilan pour comparer les matières.
On peut se demander pourquoi nous ne pourrions tout simplement pas revenir au sac en papier plutôt que d’adopter du plastique biodégradable? Ce débat a évolué avec le temps et le renchérissement du coût des énergies porte une part de responsabilité.
L’OFEV vient de publier le 27 août 2014 l’actualisation de la méthode UBP. Je ne dispose pas des données UBP comparatives précises mais on peut lire dans l’article de l’OFEV:

“Le plastique, malgré sa mauvaise réputation, n’est-il pas forcément plus polluant que le papier, le carton ou le verre. C’est ce que montraient les premiers écobilans établis par la Confédération, il y a trente ans, dans le but de comparer la charge écologique effective de différents types d’emballage. Bien qu’issu du pétrole, le plastique, correctement utilisé, peut se révéler plus opportun que certains matériaux provenant de ressources renouvelables. En effet, ces derniers requièrent aussi de l’énergie fossile pour leur fabrication.”

Cette constatation est d’autant plus vraie si le plastique en question provient de matières végétales naturelles!

Emission de TV5 Monde sur le 7ème continent

Sources:

La Liberté, 27 janvier 2014: L’interdiction remise en cause.

BioApply, février 2104: L’OFEV confirme l’interdiction des sacs plastiques en Suisse.

24 heures, 25 mars 2014: Les défenseurs des sacs en plastiques montent au front.

CleantechAlps: BioApply veut supplanter le sac en plastique.

OFEV, 27 août 2014: Actualisation de la méthode UBP: Des évaluations de plus en plus pointues.

Blog In-fuseon: Matériaux innovants à la base des cleantechs.

Edith Page est fondatrice d’In-fuseon, la communication au sens propre et co-fondatrice de Net-Academy, institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux en Suisse romande.